Annie et Mathieu, Rétro Bordello

Annie et Mathieu, Rétro Bordello

Rétro Bordello est une boutique d’objets rétros des années 50 à 90, qui propose des articles pour tous les budgets, de 2$ à 1 000$. Pour replonger dans votre passé, rendez-vous au 185 rue St-Joseph Est, dans le quartier Saint-Roch.

Annie Robitaille et Mathieu Asselin, le couple de touche-à-tout qui déniche les objets de notre enfance au gré de leurs fouilles, nous reçoivent avec grands sourires.

 

Terence : Que faisiez-vous avant d’ouvrir le Rétro Bordello ?

Mathieu : 101 métiers pour ma part. J’ai été instructeur de pilates, intervenant en déficience intellectuelle, courrier à vélo, chanteur dans des groupes de death metal, slameur, superviseur au Réseau Admission… plein de choses !

Ça a été un hasard qu’on se retrouve à être commerçants. On a vraiment eu la piqûre de découvrir ces objets-là, de se promener et de tomber sur des trouvailles, des découvertes, comme des explorateurs !

Annie : On est des touche-à-tout. J’ai été longtemps serveuse, j’ai travaillé sur des tournages en tant que cantinière, et j’ai touché un petit peu aux décors aussi.

Mathieu : Annie a été serveuse au Hobbit Bistro, où j’étais plongeur à ce moment-là, et où on s’est aperçus pour la première fois.

 

Rétro Bordello
Boutique Rétro Bordello – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Où trouvez-vous tous ces objets ?

Mathieu : On fait beaucoup de marchés aux puces et de ventes de garage dans la province. On aime beaucoup aller à Lachute, qui est probablement le plus gros marché aux puces au Québec. On fait aussi quelques enchères.

Annie : Il y a aussi quelques pickers qui viennent nous vendre des petites choses.

Mathieu : Mais ce que l’on aime, c’est se promener. C’est plaisant de chasser des trésors !

 

Terence : Est-ce qu’il y a une époque qui vous intéresse particulièrement ?

Mathieu : On est beaucoup entre les années 50 et 80, même 50 à 90. Il a quelques exceptions, des antiquités, mais essentiellement des objets très colorés, très rétros.

Annie : Ça rappelle des souvenirs ! Ce sont des choses qu’on a tous connues, qui font partie de la culture populaire.

Mathieu : Dans la boutique, tout est un peu pêle-mêle. Je dirais que la pièce en avant rappelle les années 80-90 alors qu’en arrière c’est plutôt « salon de grand-mère », avec la tapisserie et les objets plus anciens.

 

Rétro Bordello
Boutique Rétro Bordello – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Qu’est-ce qui vous plaît tant dans le vintage ?

Annie : C’est difficile à dire… Je suis du genre nostalgique et je garde un très bon souvenir de mon enfance. Il y a une petite histoire qui va avec chaque objet, et elle varie selon la personne qui le regarde. J’ai toujours eu de vieux objets et des accessoires cocasses chez moi, ça met du piquant dans le quotidien!

Mathieu : C’est aussi que certaines choses qui se vendent maintenant ne durent pas très longtemps. La dernière fois, on a jeté notre toaster assez récent qui ne fonctionnait plus, et on l’a remplacé par un plus ancien qui fonctionne depuis plusieurs années et qui va probablement continuer de fonctionner. À la maison, on a aussi un vieux four des années 50-60 qui fonctionne très bien.

Annie : Souvent, les objets rétro sont plus faciles à réparer. Maintenant, il n’y a plus rien qui s’ouvre et qu’on puisse réparer nous-mêmes.

Mathieu : Sans oublier la beauté de l’objet. C’est une esthétique différente. Nous on aime encore les vieux téléphones à roulette, ça nous ramène à une autre époque, ça nous éloigne un petit peu de l’iPhone, du MacBook et de l’iPad.

Annie : Il y a quelque chose de bien physique avec ces objets-là : tu écris une lettre sur la machine à écrire et tu entends le son de chaque touche, tu mets un 45 tours et tu entends le jukebox se promener… c’est magique.

 

Rétro Bordello
Boutique Rétro Bordello – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Est-ce qu’il y a un objet dont il a été particulièrement difficile de se séparer ?

Mathieu : On a vendu une petite statuette de Michael Jackson et une de Bruce Lee que j’ai regrettées. J’ai un faible pour les figurines.

Annie : Mathieu a aussi eu du mal à se séparer d’une statuette de Serge Gainsbourg qu’on avait ramenée de France.

Mathieu : On a aussi eu un gyrophare de police, il me semble que ça aurait été pas mal à la maison !

Annie : Ça arrive souvent avec les vinyles… certains ne se trouvent pas à tous les coins de rue !

Mathieu : Mais on n’est pas collectionneurs, alors on a quand même une facilité à se départir des objets.

Annie : On aime les trucs de collection, mais c’est plaisant de pouvoir les posséder un certain temps et  de les repasser à d’autres personnes qui les aiment autant que nous.

 

Terence : À votre avis, les objets d’aujourd’hui vont-ils se retrouver un jour dans une boutique vintage ?

Mathieu : Je ne suis pas certain de ça ! J’ai un doute !

Annie : Mon iPhone qui a 5 ans ne fonctionne carrément plus, tandis que ce téléphone-là qui a 40 ans va fonctionner si je le branche. On le voit même avec les vêtements, au niveau de la qualité, les couleurs se fanent plus vite maintenant. C’est une autre époque.

 

Rétro Bordello
Boutique Rétro Bordello – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Pour ce qui est du cinéma et de la musique, privilégiez-vous aussi les années 50-90 ?

Mathieu : Absolument ! J’écoute beaucoup de musique des années 80-90, et on aime les films classiques. C’est un peu ça aussi le Rétro Bordello : on connait nos classiques ! Dynastie, La croisière s’amuse : on a une bonne connaissance de cette époque, étant donné que c’est la nôtre.

 

Terence : Mis à part Rétro Bordello, quel est votre endroit préféré ou votre commerçant préféré à Québec ?

Mathieu : On est des grands adeptes du bar d’à côté, le MacFly, où on va jouer à Double Dragon et aux machines à boule. Il y a aussi une table de babyfoot Bonzini. Et puis on aime beaucoup leur déco, leur ambiance et leur musique. C’est une belle place !

Pour aller manger on aime bien le Kraken Cru, pour la diversité des huîtres et pour les soirées folles. Ça peut dégénérer assez vite au Kraken !

Annie : Pour les vêtements, j’aime beaucoup la Friperie Babelou à côté. Il y a de tout.

Mathieu : On veut aussi aller faire un tour au Quartier Général, qui est un bar sur Charest, pour les soirées alternatives new wave des années 80.

 

Plus d’information : facebook.com/retrobordello

Rétro Bordello • 185 Rue Saint-Joseph Est, Québec • 581-741-7707

 

 

Propos recueillis par Terence Tyr • Photos par Luis Manjarrez • Une initiative Urbz