Guillaume, La Ninkasi

Guillaume, La Ninkasi

La Ninkasi se veut à la fois un bar de quartier, avec une offre de produits 100% québécois tant au niveau des alcools que de la nourriture, et un « lieu de divertissement pour adultes », avec une programmation riche et parfois surprenante.

Guillaume Grandmont, qui dirige La Ninkasi St-Jean et La Ninkasi Honoré-Mercier, se décrit comme « un foodie et un gamer ». Il nous a parlé avec passion de bouffe, de bière et de spiritueux, de son coup de foudre pour la ville de Québec et de son amour pour La Ninkasi !

 

Terence : Puisque tu es originaire de Baie-Saint-Paul, qu’est-ce qui t’a amené à venir travailler à Québec, et plus précisément dans le secteur de la restauration ?

Guillaume : Un bon matin, aux environs de 5 heures, en faisant le voyage de Montréal à Québec, je me suis retrouvé sur les ponts à contempler le lever du soleil sur la ville. C’était en 2012, alors que je m’interrogeais sur la ville dans laquelle je voulais vivre. Ça a été un moment incroyable, où je suis littéralement tombé en amour avec Québec. J’ai postulé à La Ninkasi, et un curriculum vitae et deux entrevues plus tard, j’ai commencé à travailler ici.

Ce n’est pas un hasard non plus si j’ai choisi le secteur de la restauration. Mes parents avaient une auberge à Baie-Saint-Paul, donc je baigne dans cet univers depuis la naissance et j’y travaille depuis l’âge de 14 ans. C’est ça qui me stimule, je suis fait pour ça ! La Ninkasi est une très bonne école, car on apprend beaucoup et les défis sont au rendez-vous. Aujourd’hui, mon rêve est de devenir aubergiste, à mon tour.

 

La Ninkasi
Bar La Ninkasi du Faubourg – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : À La Ninkasi St-Jean, vous proposez une ambiance « culturelle ». Qu’est-ce que ça veut dire ?

Guillaume : La vie culturelle de La Ninkasi s’imprègne de la vie de son quartier, Saint-Jean-Baptiste, un quartier extrêmement éclectique. On a complètement embrassé cette culture québécoise et hétéroclite. L’idée c’est que tout le monde se sente à l’aise chez nous, on créé donc un « moment » pour chaque public, pour que chacun y trouve son compte.

Ce qu’on aime, c’est voir un punk accoudé à un bar en forme de phallus, qui prend des shooters avec une drag queen et un touriste de Los Angeles, alors que les trois ne se connaissaient pas au début de la soirée. On prône vraiment l’ouverture d’esprit !

En fait, on est l’un des premiers bars à occuper cette bâtisse qui ne soit pas un bar gay. C’est cet historique qui explique qu’on se retrouve avec un bar en forme de phallus, et d’autres détails de l’époque qu’on a voulu conserver. On est nous-mêmes très gay friendly, puisqu’on organise des soirées pour la journée mondiale contre l’homophobie, et qu’on participe chaque année à la gay pride sur la rue Saint-Jean.

 

La Ninkasi
Bar La Ninkasi du Faubourg – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Vous avez aussi à cœur de mettre en avant les produits locaux. Que peut-on trouver à La Ninkasi comme produits locaux ?

Guillaume : Absolument tout ce que l’on sert est local. D’ailleurs, quand le bar a ouvert il y a une dizaine d’années, c’était un gros défi d’être 100% québécois. À l’époque, c’était beaucoup plus difficile qu’aujourd’hui de dire non à Labatt et à Molson pour la bière, et de trouver des spiritueux québécois.

Depuis 10 ans, on est donc aux premières loges pour voir évoluer les produits québécois. Désormais, on trouve facilement du Gin, du Whiskey ou du Rhum québécois, c’est trippant ! Même les artistes qui jouent à La Ninkasi sont des artistes locaux. Si un band de l’extérieur de Québec veut jouer, on lui demande de trouver un artiste québécois et de jouer avec, c’est son ticket d’entrée.

 

Terence : Quelles sont tes 3 bières préférées ? Et ton spiritueux préféré ?

Guillaume : En termes d’IPA, on a une excellente sélection au Québec. Je dois dire que ma préférée est la Yakima de la microbrasserie Le Castor ! Mais je suis fondamentalement un gars de bière brune et de bière sucrée, alors j’adore la Trois Pistoles vieillie de 2012. Elle a un goût de tarte aux bleuets, sucré, liquoreux, c’est un liquide des dieux !

Pour la troisième bière, je vais être obligé de sortir du Québec. Au cours d’un voyage en Belgique j’ai fait le tour des abbayes, et j’ai goûté à la Maredsous, qui est une bière forte. Après en avoir fait vieillir chez moi pendant 3 ans, je l’ai dégustée pour une occasion spéciale et ça a été la meilleure bière de toute ma vie. Elle était parfaite, d’une texture incroyable !

Du côté des spiritueux, comme je suis aussi un amateur de rhum, c’est le Chic Choc du domaine Pinnacle. C’est un rhum assemblé au Québec à partir de rhums de Jamaïque, avec une touche d’érable.

 

La Ninkasi
Bar La Ninkasi du Faubourg – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Quelle est ta soirée préférée, parmi celles au programme de La Ninkasi St-Jean ?

Guillaume : Les soirées karaoké, c’est vraiment une activité qui unifie tout le monde et qui représente bien l’esprit de La Ninkasi. Chacun peut avoir son petit moment de gloire, et c’est un succès à chaque fois.

Notre soirée du lundi organisée par douteux.org est aussi vraiment trippante ! C’est à faire au moins une fois dans sa vie : c’est une gang de cinéphiles, de recherchistes même, qui retrouve ce qu’il y a de plus mauvais dans le cinéma. Des films produits avec sérieux, avec des budgets assez conséquents parfois, mais au résultat vraiment douteux. C’est un concept bien connu à Montréal mais qui gagnerait encore à se faire connaitre à Québec.

Un jour, je me suis fait mettre au défi de retrouver une vieille publicité des années 90 dans laquelle on voyait Martin Drainville mettre du Bovril sur une brique et la manger. C’était censé vanter le goût du Bovril, puisque même une brique devenait mangeable avec cette sauce. Il n’a pas fallu plus d’une journée aux gars de douteux.org pour remettre la main sur cette vidéo. Dans une qualité, certes, assez douteuse…

 

La Ninkasi
Bar La Ninkasi du Faubourg – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Comment décrirais-tu l’ambiance de La Ninkasi St-Jean, en quelques phrases ? Quelle est la place de La Ninkasi Honoré-Mercier là-dedans ?

Guillaume : La Ninkasi St-Jean, c’est une ambiance survoltée, grâce à l’énergie du staff et à l’énergie des clients. C’est une atmosphère résolument positive, dans laquelle chacun trouve sa place. Si tu as le goût de t’habiller et de te peigner un vendredi soir pour sortir, tu trouveras autant ton compte à La Ninkasi que si tu as le goût de venir en jogging passer un dimanche après-midi pluvieux. C’est une ambiance friendly !

La Ninkasi Honoré-Mercier, c’est une offre qui se doit d’être différente, complémentaire à celle de la Ninkasi Saint-Jean, puisque c’est juste à un coin de rue. On a voulu que ce soit le refuge qu’il manquait à Québec : une place ouverte sans interruption, qui ne sert que des produits de qualité. Par exemple, on a créé nos paninis avec le chef d’iX pour bistro de Limoilou.

On a aussi une machine à café incroyable, assemblée à la main à Florence, à partir de pièces usinées pour endurer des pressions plus fortes et faire un café d’une qualité constante. C’est aussi précis qu’une pièce d’horlogerie. Plutôt qu’un barista superstar, on a une machine superstar, et du personnel super bien formé !

La Ninkasi Honoré-Mercier s’inscrit donc dans la fameuse « troisième vague » dont on entend parler pour le café. On s’est associés à Dany Marquis de la Brûlerie du quai, en Gaspésie, qui est notre torréfacteur. Il achète les grains de café directement auprès des producteurs, avec lesquels il travaille étroitement pour améliorer le produit d’année en année. On ne fait affaires qu’avec lui, et il nous envoie du café torréfié à la perfection !

 

La Ninkasi
Bar La Ninkasi du Faubourg – Crédit photo : Luis Manjarrez

 

Terence : Mis à part La Ninkasi, quel est ton endroit préféré ou ton commerçant préféré à Québec ?

Guillaume : J’ai ma carte de fidélité à La Planque ! Depuis que je suis à Québec, il n’y a pas un jeu vidéo que j’ai acheté ailleurs qu’à La Planque. Ils ne m’ont jamais déçu. Comme je suis aussi un gars de pub, j’adore Le Nelligan’s, le Bar Ste-Angèle et Le Projet. Et mon resto préféré : Au Bonnet d’Âne. Les mardis burgers Au Bonnet d’Âne, ça vaut son pesant d’or !

 

Plus d’information : laninkasi.ca • facebook.com/ninkasisaintjean

La Ninkasi du Faubourg • 811 Rue Saint-Jean, Québec • 418-529-8538

 

 

Propos recueillis par Terence Tyr • Photos par Luis Manjarrez • Une initiative Urbz